Dr. Robot, du rendement s’il vous plaît : l’attrait des titres de la technique médicale

Révolution dans le quotidien hospitalier
Au plus tard depuis l’entrée des robots aspirateurs et tondeurs de gazon dans de nombreux foyers, il est clair que rien n’arrêtera plus la marche en avant des machines humanoïdes, et ce dans pratiquement tous les domaines : du petit robot qui aide à la maison au soudage dans l'industrie en passant par le déminage. Bref, les robots sont partout. Actuellement, le travail de développement est particulièrement assidu en médecine. Selon l'organisation à but non lucratif International Federation of Robotics (IFR), la robotique médicale est passée, au cours des deux dernières décennies, d'un domaine de recherche pure à l'un des secteurs les plus dynamiques de la robotique moderne. D’après les experts, l’un des avantages de ces machines intelligentes repose dans le fait qu’elles facilitent certaines procédures médicales comme le guidage précis des instruments.

Lutte futuriste contre les maladies
Le système à quatre bras Da Vinci de l’entreprise californienne Intuitive Surgical est le leader de la chirurgie assistée par robot. Ses capacités dépassent de loin les possibilités de l’être humain. Assis devant une console informatique à quelques mètres de la table d'opération, le chirurgien commande les bras robotisés spécialisés sur lesquels se trouvent les instruments. Da Vinci s'est avant tout forgé une réputation dans l'ablation de la prostate due au cancer. Aux États-Unis, il maîtrise plus de 90% du marché. Depuis quelques années, les médecins ont recours à la chirurgie robotique pour traiter également le cancer de l'estomac, du foie et du rectum. Quel que soit leur nom, l’importance des machines ne cesse d’augmenter. Selon un sondage du groupe d'investissement et de recherche RBC Capital, les chirurgiens américains estiment que, d'ici cinq ans, 35% des opérations feront appel à des robots sous une forme ou une autre contre 15% aujourd'hui. Accès direct aux solutions d’investissement correspondant au thème « Dr. Robot, du rendement s’il vous plaît : l’attrait des titres de la technique médicale ».

De multiples domaines d'application
Les systèmes de robots ne se contentent pas d’être des bras droits pour les médecins, ils assistent aussi le personnel soignant. KUKA Medical Robotics, par exemple, propose des machines capables de transporter des charges allant jusqu' à 200 kg. Elles pourraient ainsi faciliter le transfert de patients d’un lit à l’autre ou le déplacement de matériel médical lourd en salle d'opération. Il existe, par ailleurs, des mesures de rééducation qui ne sont pas assurées par des humains, mais par des machines automatiques. Roreas entre dans cette catégorie : ce prototype a été conçu pour aider les victimes d’AVC à réapprendre à marcher. D'après le rapport mondial sur les robots « Serviceroboter », les solutions d’application en télémédecine ont également le vent en poupe. Ces solutions robotisées mobiles permettent au médecin de se connecter immédiatement avec le patient, quel que soit l’endroit où il se trouve et de le prendre en charge en temps réel.

Réduire les risques au maximum
Même si la robotique médicale n'en est encore qu'à ses balbutiements, de nombreux arguments laissent à penser que la tendance va s'accélérer. D'une part, à cause de l'évolution démographique si souvent citée : l’espérance de vie ne cesse d’augmenter et implique la multiplication de beaucoup de maladies telles que le cancer ou l'usure des os de la hanche et du genou. Outre le vieillissement croissant de la population, la banque étatsunienne Morgan Stanley cite deux autres facteurs qui parlent en faveur de ce secteur : les robots médicaux sont de mieux en mieux acceptés dans les hôpitaux et les patients préfèrent de plus en plus la chirurgie mini-invasive. Selon Research and Markets, la popularité et l’adhésion grandissantes dont font preuve tant les médecins que les patients vis-à-vis des robots médicaux vont permettre à ce marché mondial d’atteindre un volume de 17 milliards USD d'ici 2023, soit un taux de croissance annuel moyen de 22% entre 2017 et cette même année. Pour les analystes de Morgan Stanley, la surperformance continue du secteur devrait donc se poursuivre ; ils le classent ainsi dans la catégorie « surpondérer ».

Les robots médicaux : une demande croissante

Leonteq_Biweekly-Chart_robotic surgery_Nachfrage_fr



ACCèS direct aux solutions d’investissement correspondant au thème « Dr. Robot, du rendement s’il vous plaît : l’attrait des titres de la technique médicale ».