La nouvelle Route de la soie : un programme d’infrastructures de tous les superlatifs

FEM : une parade d’un type nouveau
Fin janvier, leaders politiques, hauts dirigeants, scientifiques, artistes et représentants de maintes ONG se réunissaient à Davos. La 48e édition du Forum économique mondial (FEM) a attiré plus de 3 000 participants. Cette année, les chefs d'État et de gouvernement ont été nombreux à rejoindre les Grisons pour l’occasion. Alors que le Premier ministre indien Narendra Modi a prononcé le discours d'ouverture, c’est le président américain Donald Trump qui a pris la parole pour clore le FEM. Contrairement à 2017, le président chinois Xi Jinping ne figurait pas sur la liste des invités alors que l'Empire du Milieu occupait le devant de la scène : le forum a ainsi consacré un chapitre entier aux conséquences de l'initiative « La ceinture et la route », nom donné par la Chine à son gigantesque programme d'investissement pour accélérer les flux commerciaux mondiaux.

Route de la soie : nouvelle version d'un axe commercial légendaire
Xi Jinping a présenté le projet fin 2013 en annonçant deux corridors entièrement nouveaux censés relier la Chine à l'Asie centrale et le Moyen-Orient à l'Europe. Depuis, on parle donc d'une nouvelle Route de la soie. À l’époque de l'Empire romain, la version légendaire permettait d'acheminer la soie venue d’Orient jusqu’au vieux continent, l'or, l'argent et la laine notamment faisant le voyage dans l’autre sens. « Le ruban économique que trace la Route de la soie concerne près de trois milliards d'individus. C’est le plus grand marché au monde et son potentiel est incomparable », déclarait le chef de l'État et du gouvernement chinois à la présentation de ses intentions. En 2015, Pékin finalisait le projet et exposait son plan baptisé « La ceinture et la route ». Les banques publiques ont été dotées de 83 milliards USD destinés à cette initiative également connue sous l’abréviation OBOR : « One Belt, One Road ». Accès direct aux solutions d’investissement correspondant au thème « La nouvelle Route de la soie : un programme d’infrastructures de tous les superlatifs ».

Géopolitique : Pékin suscite la méfiance
L'initiative comprend à la fois des voies terrestres et maritimes le long desquelles des investissements colossaux sont prévus pour la construction de routes, de lignes de chemin de fer, de ports, d’aéroports et de centrales électriques afin d'améliorer les relations commerciales de ces régions. Toutefois, les projets de Pékin ne font pas que des enthousiastes. Les pays d'Europe occidentale font preuve d'un certain scepticisme quant à la procédure d'appel d'offres et au respect des normes environnementales et sociales. Un regard critique est, par ailleurs, porté sur les ambitions géopolitiques. Actuellement, l'Inde se sent manifestement encerclée par la Chine puisque d'importantes parties d’OBOR sont planifiées au Pakistan, au Bangladesh, au Népal et au Sri Lanka. L’an dernier, la Chine a convoqué, à Pékin, un sommet sur la nouvelle Route de la soie : le Premier ministre indien Narendra Modi a préféré s’abstenir.

Les bénéficiaires d’OBOR : plein feu sur les spécialistes des infrastructures
Néanmoins, l'ampleur financière de ces nouvelles routes commerciales est énorme. La Chine entend investir un total de près de 900 milliards USD. L’initiative « La ceinture et la route » deviendrait ainsi non seulement le plus ambitieux projet jamais mis en place par un seul pays, mais aussi le plus vaste programme de développement depuis le Plan Marshall avec lequel les États-Unis ont permis à l'Europe occidentale de se reconstruire après la Seconde Guerre mondiale. Il va de soi que les entreprises nationales en particulier espèrent obtenir le plus gros morceau du gâteau. En effet, l'ascension fulgurante de la Chine au statut de superpuissance économique a créé un certain nombre de grandes sociétés prospères dans le secteur des infrastructures notamment. Les bénéficiaires potentiels d'OBOR comprennent China Communication, China Railway Construction et China Railway Group, pour ne citer que trois exemples.

La nouvelle Route de la Soie – projets d’itinéraires

leonteq_biweekly_OBOR Route_FR


Accès direct aux solutions d’investissement correspondant au thème « La nouvelle Route de la soie : un programme d’infrastructures de tous les superlatifs ».